A la rencontre des éléphants en Thaïlande


Avant de démarrer cet article, je souhaite préciser que j’écris sans jugement envers les personnes aimant s’occuper des éléphants en Thaïlande ou décidant de monter à dos d’éléphants.
Je comprends bien que cela soit tentant et que notre curiosité est forte.

Depuis Chiang Mai, j’avais réservé une visite d’une journée comprenant du Bamboo rafting, du trek en forêt et une expérience auprès des éléphants.

Premières pensées
Avant même de réserver, j’hésitais à aller dans un sanctuaire pour voir des éléphants.
D’un côté, la curiosité d’être proche de ces magnifiques créatures. De l’autre, la pensée assez insistante que ce n’est pas naturel d’être aussi proche des éléphants.

Un peu d’histoire
J’avais participé à une journée de soigneur à Planète Sauvage à Nantes où j’avais pu en apprendre beaucoup sur les éléphants.
Notamment le fait qu’ils font partis des animaux les plus dangereux au monde. Non pas qu’ils souhaitent faire du mal aux humains mais ils ont une force qu’ils ne réalisent pas.
Leur simple poids est une arme mortelle.
Ainsi, les soigneurs d’éléphants en zoo ne sont pas à l’abri d’un accident. Un coup de trompe et c’est la mort assuré pour eux. Si je me souviens bien, il y a deux morts de soigneurs d’éléphants par an.

Mon expérience
Je devais nourrir les éléphants puis me baigner avec eux dans la rivière.
Lors de mon arrivée, j’observe trois éléphants de loin et nous sommes quatre à participer donc nous pourrons bien nous occuper de ces animaux comme nous ne sommes pas nombreuses.
Le guide nous explique que le soir, ces éléphants partent dans la jungle et reviennent le matin sur la plaine.
J’ignore si cette information est vrai, s’ils sont enchainés lorsque la nuit arrive où s’ils ont effectivement un semblant de libertés.

Sur une route, nous avons croisé un éléphant enchainé donc j’ignore vraiment si leur traitement était similaire.

Ils n’étaient pas en mauvaise santé, ils n’avaient pas l’air malheureux, ils semblaient bien nourris et je ne crois pas qu’ils étaient battus.
En soi, le fait qu’ils partent dans la jungle et reviennent toujours au même endroit ne me semble pas impossible s’ils savent que de cette manière ils auront toujours à manger.
Un peu comme un chat qui rentre chez lui ?

Enfin, les énormes seau de bananes étaient prêt et nous allions nourrir ces éléphants. Ils étaient beaux, majestueux mais j’avais peur.
A chacun de leurs mouvements, je réalisais pleinement leur puissance.
Cela me paraissait vraiment contre nature de pouvoir être face à eux en leur tendant des bananes.

Vint ensuite le moment de se mettre à l’eau. Nous pouvions envoyer de l’eau sur les éléphants, les caresser. Les Thaïlandais qui nous encadraient commençaient à appâter les éléphants avec des bananes pour qu’ils m’entourent.
Je me suis sentie vraiment mal à l’aise.
Le but était simplement que je puisse avoir une belle photo.
Résultat des courses, j’étais crispée et cela se voit, se ressent.
Je n’arrivai pas à profiter de l’expérience. Même si les éléphants ne sont plus maltraités comme ils ont pu l’être pour être apprivoisé, ils restent forcer d’agir pour le tourisme.
Ils doivent attendre que les groupes de touristes soient là pour manger des bananes. Ils doivent aller dans l’eau lorsqu’on leur dit d’y aller.
Dans certains sanctuaires, des trails sont proposés donc les éléphants partent en randonnée pour le plaisir des touristes.

Le poids du jugement des autres
Parmi les trois personnes avec moi, seule la petite fille avait envie de participer à l’activité.
Donc notre activité à démarrer avec deux personnes qui étaient culpabilisantes à souhait sur l’expérience que nous nous apprêtions à vivre. (L’une avait réservé par erreur dans son package quand l’autre n’était là que pour sa petite sœur.)
J’avais le sentiment que je m’apprêtais à faire la pire chose au monde en voulant être proche des éléphants et je me suis laissée atteindre par leur jugement.
Cette activité aurait pu être vraiment agréable avec des personnes volontaires ou si tout simplement, je ne m’étais pas souciée de leur jugement en décidant simplement de vivre dans le moment présent en accueillant cette opportunité à bras ouvert.

Laisser la nature tranquille
Pour être apprivoisé, les éléphants sont torturés dans leur enfance et leur esprit brisé. Ainsi, un éléphant apprivoisé pourra porter des humains sur son dos.
Ce qui lui déforme la colonne vertébrale et réduit sont espérance de vie. Les éléphants d’Asie sont des animaux en voie de disparition. Il y en a 30000 sauvages et 17000 apprivoisés actuellement. (Si mes chiffres sont correctes)
C’est pour cela que les sanctuaires pour éléphants sont nécessaires. Ils permettent de recueillir ces animaux brisés et d’en prendre soin. Ils permettent également d’aider à la protection de cet espèce.

Je ne critique pas les sanctuaires mais pour survivre, ces derniers ont besoin du tourisme.
Ainsi, en allant dans un sanctuaire, votre argent permet de faire perdurer le centre et protéger ses animaux.
Certains utilisent cependant cet argument pour développer une usine à tourisme. Dans la nature, on ne tiendrait pas 3 minutes face à un éléphant et dans ces centres cela nous permet de nous afficher avec une belle photo d’animal exotique.

Pourquoi ne pas laisser la nature tranquille ? Quelles sont les vraies motivations ? Avoir une belle photo avec un éléphant et obtenir la reconnaissance de notre entourage parce que cette expérience a l’air super ?
Ces animaux ne sont pas fait pour rencontrer autant d’humains par jour. Leur autonomie est sacrifiée pour que nous puissions avoir une belle expérience.
– Le repas à telle heure
– Le bain à tel instant
– La balade à tel moment …
Ma conviction est que ces animaux devraient être libre de vivre leur journée dans ces centres comme ils l’entendent.

Donc oui, ces centres sont bien et il en faut mais je me désole de voir que les hommes empêchent toujours davantage les animaux de vivre librement jusqu’à des points de non retour.
Ces éléphants ne pourront plus jamais être libres car ils ne savent plus comment vivre en dehors de la captivité.

 

Des pensées encore plus profondes
On s’offusque régulièrement pour les éléphants mais on ne parle pas nécessairement de tous les autres animaux.
Le cheval de course montés par l’homme et cravaché pour avancer plus rapidement ?
Les taureaux tués lors de corrida ?
L’élevage de masse pour que nous puissions nous nourrir…

Je vais peut-être loin dans ma réflexion. C’est assez contradictoire également car j’adore aller dans des zoos par exemple. Et oui, personne n’est parfait.
Alors je vous laisse avec cette vidéo que j’ai bien aimé.

La seule chose que nous détruisons par nos actions, c’est nous même. 🙂