J’ai testé pour vous… La SFEIR Speaker School



J’ai testé pour vous… La SFEIR Speaker School

Le 28 mars, j’ai eu l’opportunité de participer à une formation proposée par SFEIR: la Speaker School.

Nous disposons tous d’un savoir que nous sommes à même de partager à nos proches, collègues et familles. Dans la communauté des développeurs, nous aimons apprendre mais aussi partager. Le format conférence est ainsi idéal puisqu’il permet de toucher un nombre de personnes assez important. 

Les formations offertes par SFEIR sont accessibles à tous. Si vous êtes curieux, je vous invite à regarder leur catalogue qui est accessible ici. N’hésitez pas, ils sont bienveillants! 😊

La formation SPEAKER

Aucun niveau de base requis, peu importe le métier que nous faisons, nous sommes tous à même de vouloir, un jour, donner une conférence. Cela dit, dans cet article, certains points mentionnés seront relatifs aux développeurs. 

Pourquoi partager ?

La vraie question serait plutôt: pourquoi ne pas partager ? Le partage de vos connaissances est quelque chose que vous faites probablement déjà dans un cercle restreint. Devenir orateur élargit simplement ce cercle. Le fait de transmettre va vous permettre d’apprendre. C’est un moment privilégié avec vous même où vous allez prendre conscience de ce que vous faites et pourquoi vous le faites. L’échange permet d’évoluer. Les personnes à votre écoute pourront vous permettre de prendre du recul sur votre sujet ou même aborder des angles que vous n’auriez pas vu précédemment. Inspirer, convaincre et impacter.

Trouver son sujet

Cela peut être un challenge personnel ou une réelle envie de partager un savoir, nous avons tous un message à transmettre, quelque part au fond de nous. Vous n’êtes pas convaincu ? Je suis sure qu’il y a au moins un sujet qui vous passionne dont vous pourriez parler pendant des heures. Ce sujet qui vous anime et pour lequel vous pourriez rester éveillé malgré la fatigue pour continuer de partager votre point de vue. C’est ce thème-là que vous pouvez partager.

Le format de votre conférence peut être un bon moyen de déterminer et d’orienter votre sujet. Vous ne le traiterez pas de la même façon selon le temps dont vous disposer pour en parler.

  • Lightning Talks, entre 5 et 20 minutes
  • Live coding, 30 minutes
  • Conférence, entre 40 et 60 minutes
  • Code lab, plus de 2 heures

Plus le format est court, moins vous rentrerez dans les détails. Les présentations courtes ont vocation à éveiller la curiosité des gens. En revanche, plus le format sera long, plus votre objectif sera d’enseigner quelques apprentissages à vos auditeurs.

Préparer son CFP

Le CFP ou Call For Papers est une méthode permettant de rassembler l’ensemble des propositions de conférences pour un évènement donné. 

Je me forme depuis quelques semaines à la facilitation graphique. J’ai ainsi décidé de vous présenter ce point par le biais d’un sketchnote que j’ai réalisé. S’il ne vous semble pas clair, n’hésitez pas à me poser des questions. 😊

Préparer ses slides

La première étape pour bien réaliser son support visuel va être de figer le contenu de la présentation. Vous pouvez structurer vos idées grâce à une mind map. Pendant une semaine, autorisez vous à noter toutes les idées qui vous viennent sur le sujet. Après ce temps de réflexion, n’ajoutez plus rien, il sera trop compliqué de tenir votre sujet dans les temps.

Ensuite, demandez vous à quel public vous vous adressez ? Vous pourrez ainsi adapter votre discours au niveau de connaissance des personnes. 

Un point très important est de respecter la description que vous avez donné et ne pas être hors sujet. 

Voici quelques conseils pour structurer vos slides:

  • éviter les slides autoporteurs, le contenu, c’est vous qui le portez
  • éviter les gifs qui décrochent l’attention de l’auditoire
  • miser sur la simplicité
  • éviter les bullets points ! Un point = une idée
  • utiliser maximum deux polices d’écriture par slide
  • éviter d’afficher l’avancement du plan (méthode académique révolue)
  • raconter une histoire
  • oser faire des pauses

Agir sur scène

N’hésitez pas à vous échauffez avant de monter sur scène. Tony Robbins le dit bien: 

Motion creates emotion.

Pour démarrer votre conférence, vous pouvez opter par le récit d’une anecdote personnelle. Celle-ci permettra de vous détendre car vous connaissez forcément ce que vous allez dire. Elle vous appartient et permettra de vous faire évacuer le stress.

Soyez attentif à votre image et aux propos que vous tenez. En montant sur scène, vous allez prendre la responsabilité des propos que vous avancez. Les personnes présentes repartiront avec des idées. Réfléchissez bien au message que vous souhaitez véhiculer.

N’hésitez pas à interagir avec le public. 

Enfin, osez dire je ne sais pas aux questions que l’on pourrait vous poser.

Anticiper l’après conférence

Et oui, il y a bel et bien un après conférence. 

Le plus important est de rester disponible pour répondre aux questions et échanger avec les personnes. Vous pouvez ainsi noter des manières de vous contacter sur vos slides. Dans l’univers Tech, cela se passe beaucoup via Twitter

Vous pouvez également proposer un lien vers vos slides pour les personnes qui souhaiteraient les consulter. L’idéal est d’avoir des slides de restitution qui seront plus pertinentes lors de la relecture. Préciser le contenu de certaines pour qu’elles soient lisibles pour des personnes qui n’aurait pas pu assister à votre conférence.

Pour résumé le tout, , j’ai envie de partager avec vous le Sketchnote d’Agnès qui participait également à la formation. 

Sketchnote par Agnès M.

Surprise de fin ✨

Avec Agnès, nous allons présenter notre toute première conférence le 4 juillet. Celle-ci abordera la thématique du bien-être au travail! Si vous êtes intéressé, pour vous inscrire, c’est par ici: inscription gratuite

Et même si vous n’êtes pas intéressé, vous nous rendriez un beau service en remplissant ce questionnaire. 🙏

Pour aller plus loin

Je vous invite à lire les articles proposés par Jean-François Garreau qui était notre formateur pour la journée. Il a découpé ses articles en trois parties: partie 1, partie 2 et partie 3.

J’ai beaucoup aimé la série d’article qu’avait publié Marie Guillaumet, il y a quelques années. Elle nous racontait comment s’était déroulée sa toute première conférence: partie 1, partie 2 et partie 3.