Thaïlande, premières impressions


Salut tout le monde ! 🙂

Comme vous le savez peut-être, ou pas, je suis en Thaïlande pour les semaines à venir.

Mon deuxième voyage toute seule (comme une grande) et celui ci dure plus longtemps que le premier puisque je m’absente pendant 3 semaines !

Un challenge à relever

Partir seule, pour moi, c’était un grand challenge, une envie de me prouver que j’en étais capable, je pense. C’était aussi une graaaande source de stresse. Toute seule pour gérer l’arrivée, le change de monnaie, l’achat d’une carte sim locale, la prise de taxi, parler anglais (quand certains ne parlent que thailandais), me repérer dans l’immense ville de bangkok (150km² de superficie, ça rigole pas…) vivre seule le fait de tomber un peu malade (merci le stresse facile ^^), ne pas pouvoir partager toutes mes émotions lorsque je découvre une nouvelle culture…

Je vous voir venir, vous allez me dire : « Bah alors ? pourquoi tu pars seule ? »

Parce que c’est un moyen incroyable de sortir de sa zone de confort et c’est là que toute la magie opère (il parait). 🙂

Pour être parfaitement transparente, les jours précédents mon départ, je n’avais plus envie de partir… Je déprimais, j’étais en pleine crise existentielle et ce voyage ne me motivait plus du tout. Heureusement, j’ai été remotivé par mon chéri qui a su trouver les mots pour me rassurer, même s’il ne s’en rendait pas compte. hihi

Les premières impressions

Et bien … Mauvaises, malheureusement.

Je ne sais pas si c’est le décalage horaire et la fatigue qui ont joué mais j’ai eu une perception négative de mon environnement. Tout autour de moi me semblait hostile. La moiteur de la ville, sa chaleur, le bruit permanent, les gens qui fourmillent de partout, l’odeur des pots d’échappement, la pauvreté apparente…

Je n’ai vraiment pas apprécié ce côté bondé de la ville et pourtant… C’est ce qui m’a fait apprécier Bangkok le deuxième jour! L’explication arrive de suite.

Le nouvel an bouddhique: Songkran

Maline comme je suis, j’ai programmé mon séjour pour qu’il ait lieu durant le Songkran. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle je suis restée à Bangkok assez longtemps. (4 jours alors que j’envisageais de ne rester que 2-3 jours initialement, j’avais davantage envie de partir dans la nature 😉 )

Le nouvel an bouddhique arrive à la période la plus chaude en Thailande. Des batailles d’eau ont lieu dans la ville. La croyance est celle que l’eau permet de purifier et éloigner la malchance. On vénère ainsi Bouddha en l’aspergeant d’eau et on se rafraichit pendant cette période caniculaire. (Je dis caniculaire parce que je meurs de chaud, je me liquéfie littéralement sur place, j’ai l’impression d’être un ours qui ne demande qu’à hiberner à l’ombre. haha)

Enfin, pour en revenir à cet évènement, j’ai adoré participer à ces batailles d’eau, elles durent 3 jours non stop, même la nuit. C’est ainsi qu’en deux jours, j’ai passé du temps à Silom Road de jour où toute la grande route est uniquement rempli de personnes qui font des batailles d’eau.

Un soir, je suis allée à Khao San Road, il s’agit d’une rue remplit de bar et c’est le point de rendez vous connu pour tout les backpackers. (Backpacker = routard en sac à dos)

Et même le soir, la folie bataille d’eau ne terminait pas. Les bars étaient tous ouvert, la musique à fond, les gens qui se promènent des pistolets à eau à la main, ça ne s’arrête juste JAMAIS.

(J’ai juste pris des vidéos, pas de photos à l’appui. 😉 )

Voici donc mes premières impressions qui se résument à la ville de Bangkok. Un peu mitigé, je pense davantage prendre mon temps, flaner, et essayer d’apprécier cette ville à sa juste valeur.

Je vous laisse avec quelques photos aléatoires que j’ai prise. Un détail des mes coups de coeurs et visites arrivera probablement plus tard. 😉