Le bonheur au travail, mythe ou réalité ?


Depuis quelques années, l’idée de bonheur au travail se développe beaucoup. Des métiers innovants tels que “Chief Happiness Officer” ou “Happiness Manager” ont vu le jour. L’idée principale ? Remettre l’humain au cœur des métiers et permettre aux personnes de s’épanouir dans leur emploi.

Cela dit, ces nouvelles pratiques soulèvent des questions. 

L’entreprise est-elle responsable du bonheur de ses salariés et peut-on vraiment parler de bonheur dans le cadre du travail ?

Qu’est-ce que le travail ?

Et si tout partait de la définition du travail . Le concept paraît évident pourtant la définition va être changeante d’un individu à l’autre. Est-ce qu’un travail équivaut forcément au revenu ? Considère-t-on qu’un rentier travaille ? Est-ce que lorsque je m’occupe de mon potager, je travaille ? Et si j’ai un emploi “planqué” et ne fais pas grand-chose de ma journée, je travaille .

En vieux français, le mot travail provient de tourment. Il peut ainsi être compliqué de considérer qu’un travail puisse être épanouissant. Personnellement, il y a encore quelques années, j’estimais que le travail était simplement fait pour m’apporter les sous qui me permettraient de m’épanouir en dehors, dans ma “vraie” vie. Finalement, j’ai rapidement revu mes attentes. Ces 35h par semaine font aussi partie de ma vraie vie. À mon sens, chaque instant compte et c’est mieux que ces moments soient enrichissants. Nous ne sommes pas notre emploi mais il peut être un facteur majeur de notre épanouissement.

Alors, le bonheur au travail, c’est envisageable?

Une définition du bonheur propre à chacun

Nous n’avons pas tous la même notion du bonheur. C’est un fait. En partant de cela, comment l’entreprise pourrait-elle être capable de rendre heureux ses salariés en sachant que la notion de ce qui rend heureux est différente pour chaque personne ?

On parle souvent de bonheur sans distinction avec le bien-être. Ce sont deux notions qui n’ont pas la même signification et il est important de les distinguer. 

Le bien-être des employés est quelque chose qu’une entreprise peut prendre en compte, le bonheur par contre, un peu moins. Nous sommes responsables de notre propre bonheur. La seule chose que l’on peut changer c’est soi-même. À partir du moment où l’on choisit de mettre notre bonheur entre les mains de personnes ou institutions extérieures, nous ne pourrons pas nous épanouir car nous aurons des attentes et aucun contrôle sur ces éléments externes.

Trouver son trésor intérieur

Pour être heureux, il faut dans un premier temps le vouloir et accepter de l’être. Le bonheur, on le trouve en soi. 

Par ailleurs, il est important de prendre conscience qu’il faut mettre l’utopie du bonheur de côté. Le bonheur, ce n’est PAS se sentir bien en permanence. C’est un fantasme de penser que l’on peut être heureux en permanence. On ne le dira jamais assez mais les émotions que nous qualifions de négative ne sont pas nos ennemies. Le mal-être ponctuel est ce qui va nous permettre d’affiner nos objectifs et se diriger dans la direction qui est faites pour nous.

Le bien-être au travail

Vous l’avez probablement compris maintenant, le bonheur c’est une affaire personnelle. Par contre, l’entreprise peut effectivement agir sur le bien-être des employés… Mais pas seule. Nous partageons tous une part de responsabilité dans la culture du bien-être de l’entreprise. Ainsi, notre employeur n’est pas le seul acteur, nous aussi nous pouvons agir afin de construire l’environnement favorable à notre épanouissement. 🙏

Le bonheur ne se donne pas, il s’échange. 

 Diane de Beausacq

Pour aller plus loin


J’ai un peu de temps libre et il me ferait plaisir d’accompagner quelqu’un vers le développement de soi et l’atteinte de ses objectifs. 

Je propose ainsi des séances de “coaching” gratuitement. Si vous êtes intéressé (et sur Nantes de préférence), je vous invite à aller sur cette page pour m’envoyer votre souhait. Je reviendrais vers vous pour prendre rendez-vous.