Sélectionner une page

Aujourd’hui, je souhaite vous parler d’hyper-indépendance. C’est peut-être un terme qui ne vous parle pas encore même s’il est facile de déduire sa signification.

Je souhaite évoquer ce sujet aujourd’hui parce que l’hyper-indépendance peut nuire à notre vie amoureuse sans que l’on en ait réellement conscience. 

En effet, le fait d’être indépendant, d’être une personne indépendante en soi, c’est une qualité. Mais comme toute bonne qualité qui se respecte, être trop quelque chose devient, en général, un défaut.

Être indépendant.e c’est bien. Être hyper-indépendant.e ce n’est pas mal mais cela vient avec son lot d’inconvénients. Dont des inconvénients sur la vie affective.

Et si à priori, vous vous dites, qu’être trop indépendant, n’est pas gênant, bien au contraire, je vous invite à découvrir cet article ou écouter sa version audio.

Qu’est-ce que l’hyper-indépendance ?

On a donc le terme indépendance, qui signifie, dans le cadre d’une personne, une personne qui a son autonomie, sa liberté d’action et, en particulier, qui subvient elle-même à ses besoins.

Jusque là tout va bien. Être indépendant, c’est chouette et rassurant. Sur la pyramide de nos besoins vitaux, en base de celle-ci, en socle, on a la sécurité. Quand on est indépendant, on sait qu’à priori les fondations sont solides et on est serein.e.

Alors qu’est-ce que l’hyper-indépendance ? C’est le fait d’être trop indépendant.e, comme je le disais. 

C’est-à-dire, penser qu’on a besoin de personne et rejeter les gens qui nous entourent ou nous proposent leur aide.

Comment se manifeste t-elle sur le plan affectif ?

Par conséquent, dans les propos de personnes hyper-indépendantes, on entend des phrases, qui à première écoutes sont plutôt anodines, du type : 

  • Je suis très bien seul.e
  • Je ne vais pas me compliquer la vie avec une relation amoureuse
  • Être célibataire est tellement mieux qu’en relation
  • Je savoure mon célibat et je n’ai aucun désir d’être en lien avec quelqu’un
  • Pourquoi aurais-je besoin d’un partenaire alors que je peux tout faire seul.e ?

Ces différentes phrases, elles sont d’autant plus valorisées par l’évolution du monde aujourd’hui. On est quand même dans une période d’individualisation qui est forte et donc ces phrases passent partout et très bien sans qu’on les remette nécessairement en question.

Alors oui, je vous l’accorde, c’est très bien d’apprécier être seul.e. C’est bien aussi de prendre le temps dont on a besoin pour apprécier notre célibat. Là où, personnellement, je dis non. C’est qu’il n’y aucunement besoin d’aimer être seul.e avant d’envisager une quelconque relation.

Pour construire une relation, ce qui est nécessaire c’est d’accepter d’être suffisamment seul.e, afin de ne pas projeter toutes la réponse à nos besoins à l’extérieur. De fait, on évite de placer la clé de notre bien-être et notre bonheur dans les mains de notre partenaire.

La vision erronée d’une relation amoureuse par les hyper-indépendant

Que vous soyez hyper-indépendant ou non, les différentes phrases précédentes témoignent d’une incompréhension de la mission du couple, de ce qu’est un couple ou une relation amoureuse.

Pour être en couple, on n’a pas besoin que l’autre soit là pour remplir factuellement certaines tâches.

Effectivement, moi par exemple, je ne suis pas très grande, je ne suis pas douée pour les rénovations immobilières ou le port de charges lourdes alors je pourrais dire : 

“oh j’aimerais bien être en couple pour que mon partenaire s’occupe d’ouvrir le bocal de cornichons et le range bien haut dans le placard”.

Cela dit, une relation amoureuse n’est pas une transaction. On ne se met pas avec quelqu’un pour que cette personne réponde à certaines tâches qu’on est, à première vue, pas en capacité d’accomplir nous-même.

Cela peut être un point bonus mais la mission du couple est ailleurs. 

Pourquoi est-ce nuisible dans nos relations amoureuses ?

Forcément, quand on voit la relation comme des contraintes et pas de bénéfices à en tirer, et bien c’est sûr qu’on a pas envie de s’embarrasser avec quelqu’un qui ferait office de boulet enchaîné à notre pied.

C’est généralement un processus inconscient de notre part mais quand on voit une relation amoureuse dans un ratio bénéfices-inconvénients qui penchent davantage vers les inconvénients, on va naturellement tenir à distance les relations de notre vie.

Pourtant, même les personnes les plus indépendantes, autosuffisantes et phobiques des relations que vous connaissez désirent l’amour et la connexion. Ne les croyez pas ou ne vous leurrez pas si vous pensez le contraire.

La connexion, le lien, le besoin d’amour est quelque chose qui existe en chacun de nous. On a tous un besoin de connexion. Je l’ai déjà dit, l’amour c’est un droit de naissance. En tant qu’être humain on est câblé pour aimer et être aimé.

On a tous besoin de personnes qui nous aiment.

D’où vient l’hyper-indépendance ?

En fait, l’hyper-indépendance est le résultat de dommages émotionnels causés par une confiance brisée. 

C’est-à-dire qu’une personne a eu le cœur brisé une ou plusieurs fois et ensuite, pour corriger le tir, cette personne va rejeter toutes les relations et prétendre qu’elle est parfaitement bien toute seule. 

C’est une forme de colère envers les relations passées et il y aura une obsession pour sa propre indépendance qui va se développer.

Ce sera ainsi un levier utilisé, comme je le mentionnais, pour repousser les opportunités d’amour et de connexion. C’est une position douloureuse, résignée et solitaire.

Malheureusement, les personnes qui disent n’avoir besoin de personne, se mentent à elles-mêmes. 

Une personne qui dit “Je tiens trop à mon indépendance pour être en couple” est en réalité en train de dire “J’ai désespérément envie d’être en lien mais je suis terrifié à l’idée de me rapprocher de quelqu’un parce que j’ai été déçu et blessé dans le passé.”

Comment reconnaître l’hyper-indépendance ?

On peut reconnaître l’hyper-indépendance par un certain nombre de facteurs. Si vous cochez plusieurs cases de la liste que je vais vous donner, c’est une possibilité que vous soyez hyper indépendant.e. Tout comme, comme n’importe quel test effectué en ligne de façon arbitraire, c’est aussi possible que ce ne soit pas du tout le cas donc je vous invite à tout de même faire preuve de discernement avec cette liste.

Alors on a donc les critères suivants : 

  1. Vous êtes une personne très secrète à propos de votre vie personnelle
  2. Vous avez tendance à être accro au travail et à vos réussites personnelles
  3. C’est compliqué pour vous de déléguer des tâches, mêmes les plus ennuyeuses
  4. Vous avez de la difficulté à demander de l’aide
  5. C’est une habitude, chez vous, de toujours tout faire seul.e
  6. Vous décidez toujours tout par vous-même sans demander une opinion extérieure ne serait-ce qu’auprès de vos proches
  7. Vous avez de la difficulté à maintenir des relations (amicales, familiales, amoureuses, etc.) sur le long-terme
  8. Les personnes qui demandent de l’attention vous rebutent et vous font fuir

Comment passer de hyper-indépendance à indépendance ?

Alors si vous avez le sentiment d’être hyper-indépendant, vous pouvez surmonter ce problème petit à petit.

C’est-à-dire que le but n’est pas de vous rendre dépendant des autres mais de commencer petit à petit à déléguer des choses, à accepter l’aide et aussi, à accorder votre confiance à nouveau.

Le principe va être celui des petits pas. Vous commencez par des petites choses anodines qui vont dans le sens de déléguer certaines choses. Et vous le faites de façon progressive afin de ne pas non plus tomber dans une zone de panique.

En premier, commencez donc par déléguer. Cela peut être au travail, avec vos proches etc. Bien sûr que vous pouvez faire telle ou telle tâche seul.e mais n’hésitez pas à déléguer certaines choses afin de vous faciliter la vie. 

Vous allez donc donner des tâches à accomplir. N’importe quelle chose qui pourrait être suffisamment petit pour que ce soit “insignifiant” si la personne ne fait pas l’action donnée de “la bonne façon” selon votre référentiel.

Cela va permettre de développer petit à petit la confiance entre vous. Jusqu’à ce que vous puissiez oser demander de l’aide.

  • Un déménagement ?
  • Un long trajet ?
  • Porter quelque chose ?
  • Envoyer un message ?
  • Faire une réservation ?
  • Une oreille attentive ?

Là, je vous propose quelque chose de vraiment tangible. De façon à ce que, petit à petit, vous assimilez que vous pouvez compter sur les personnes qui vous entourent.

C’est un cycle qui démarre. Vous donnez une tâche, la confiance s’installe et après vous osez demander quand vous en avez besoin.

C’est normal si au début ce n’est pas du tout naturel et que vous avez beaucoup de résistance à l’idée de dépendre de quelqu’un. Mais là, avec le système dont je vous parle, vous ne dépendez pas de l’autre parce que vous savez que vous avez les ressources pour accomplir certaines tâches ou vous soutenir personnellement.

Bien que ce ne soit pas facile au début, vous pouvez faire de notre mieux pour vous ouvrir à ceux qui vous entourent et vous permettre de faire à nouveau confiance, de demander de l’aide quand nous en avons besoin.

Je sais que cela peut être effrayant d’avoir besoin de quelqu’un. De s’autoriser à aimer et être aimé. Cela dit, c’est aussi comme cela que vos relations avec les autres, selon moi, prendront tout leur sens.

Vous serez en mesure d’expérimenter la vie, l’authenticité et l’amour vrai que des relations d’amour ont à offrir.

Vous souhaitez construire une relation vraie et épanouissante ? Je vous invite à prendre rendez-vous avec moi pour faire le point sur votre situation affective. Ensemble, nous saurons trouver les solutions adéquates pour une vie affective épanouie.