Sélectionner une page

La rancune est un sentiment d’animosité caché qui perdure dans le temps. Souvent, c’est accompagné du désir de se venger, que ce soit conscient ou non.

Cela survient généralement lorsqu’une émotion dites négative est ressentie comme de la tristesse, de la colère, de la peur ou encore de la jalousie. C’est quelque chose qui arrive quand on n’accepte pas ce qui nous est infligé.

Ce sentiment, si on s’y accroche pendant trop longtemps peut nuire à nos relations amoureuses.

Les relations épanouissantes se construisent avec de l’intention et de l’attention. Aujourd’hui, il est temps de regarder à l’intérieur de soi, à la recherche de nos éventuels ressentiments !

Pour en finir avec la rancune, vous pouvez écouter ce sujet sur le podcast coeur d’articoach ou encore, lire la retranscription de l’épisode ci-dessous.

Introduction sur la rancune

Bonjour à toutes et à tous.

Je suis ravie de vous retrouver dans ce nouvel épisode, comme toujours !

Cela fait longtemps que je n’en ai pas sorti. Un mois déjà, le temps passe vite.

Pour celleux qui se posaient la question. Ce n’est pas la fin de ce podcast, c’est simplement que j’étais partie en vacances puis j’ai été malade en rentrant donc j’étais dans l’incapacité d’enregistrer un nouvel épisode.

Maintenant que cela est dit, aujourd’hui je vais vous parler de la rancune dans les relations.

  • Qu’est-ce que c’est ?
  • Comment ça se manifeste ?
  • Et bien entendu, vous vous en doutez, comment est-ce que cette fameuse rancune peut nuire à nos relations. 

Je vais ainsi vous parler également de pardon mais c’est possible que je fasse un épisode entier sur ce thème là, je ne sais pas encore.

La raison pour laquelle en finir avec la rancune est un sujet important

Pourquoi j’ai envie de vous parler de rancune ?

Tout simplement, parce que entretenir sa rancune parce que oui c’est quelque chose qui s’entretient, et bien cela est pesant pour soi-même et en plus, ça ne permet pas à nos relations de se renforcer, d’être plus enrichissante et épanouissante.

La rancune est un sentiment d’animosité caché qui perdure dans le temps. Souvent c’est accompagné du désir de se venger, que ce soit conscient ou non.

La rancune survient généralement lorsqu’une émotion dites négative est ressentie comme de la tristesse, de la colère, de la peur ou encore de la jalousie. C’est quelque chose qui arrive quand on accepte ce qui nous est infligé.

Il peut y avoir plein de raisons pour lesquelles on a de la rancune envers quelqu’un. Que ce soit notre partenaire, un ami, un collègue etc. Cela peut-être associé avec un sentiment d’injustice, d’abandon ou de trahison.

Et donc il y a beaucoup d’émotions qui s’entremêlent. C’est parfois dur de faire preuve de discernement.

Les causes possibles de rancune

On peut avoir de la rancune parce que

  • il y a eu de l’adultère
  • nous n’avons pas apprécié des dépréciations ou des critiques

On peut avoir de la rancune parce que :

  • nous nous sommes fait poser un lapin
  • nous n’avons plus de nouvelles
  • quelqu’un a oublier une date qui est importante pour nous,
  • on a été fait rejeté.

Il a vraiment plein de possibilités. Il n’y a pas de raisons plus ou moins valables qu’une autre.

Notre rancune vient révéler une part de notre monde intérieur et de nos propres perceptions. 

Je vais vous parler plus en détail de la rancune dans les relations amoureuses puisque c’est la thématique de mon podcast mais vous pouvez bien sûr transposer et adapter mes propos à n’importe quelle relation.

La rancune dans nos relations amoureuses

Je vous disais en introduction que la rancune nuit à nos relations amoureuses.

Pourquoi ?

Parce que, quand on s’accroche à notre rancune, on commence à compter les points.

On est dans une démarche où notre cerveau qui a envie de nous protéger part à la recherche de tout ce qui va venir confirmer qu’on a raison d’avoir de la rancune et de maintenir nos sentiments négatifs envers notre partenaire.

C’est-à-dire qu’on ne laisse rien passer. On ne loupe aucune occasion de mettre l’autre en défaut afin de déclarer que l’autre est un affreux ou une affreuse. 

Dans la posture de rancune, on compte toute les fois où l’autre fait une erreur et on attend de la personne qu’elle fasse amende honorable autant de fois que nécessaire.

Le problème avec cette posture c’est qu’elle est toxique parce qu’on ne laisse à l’autre de réellement évoluer et de s’améliorer.

L’entretien de nos blessures

Pour prendre un exemple, qui est fictif. Disons que mon partenaire a tenu des propos très blessant à mon égard il y a plus d’un an.

De mon côté, quand cela arrive, c’est le drame. On en parle ou on en parle pas vraiment d’ailleurs.

Et je reste dans ma blessure des propos qui ont été tenus.

Les mois passent.

Mon partenaire évolue, prend en maturité.

Cela fait un an que l’altercation a eu lieu et là, au cours d’une dispute, je ressors les propos qu’il m’a tenu il y a un an et je continue à lui en tenir rigueur.

Je ne sais pas si mon exemple est suffisamment parlant.

Mais le problème c’est que je fais payer à mon partenaire au présent, une erreur commise par mon partenaire au passé.

Quand le passé vient bloquer le présent

Je parle de partenaire au présent et au passé, parce que quand bien même, on ne change fondamentalement pas qui on est, on reste des êtres vivants, des êtres humains qui sont en constante évolution.

Ainsi, je fais payer à la personne présente en face de moi, les erreurs d’une personne qui n’existe plus.

Oui, c’était son enveloppe corporel, c’est bien lui qui a tenu ses propos blessants.

Oui, il peut prendre sa part de responsabilité mais il peut pas effacer ce qui s’est passé.

Et ce n’est pas parce qu’il a agit de telle manière dans le passé que le lui d’aujourd’hui referait la même chose.

Au final, c’est cela qui compte.

C’est de vérifier que la personne a évoluer et qu’aujourd’hui elle ne tiendrait ses propos là ou du moins avec une meilleure communication pour que ce ne soit pas un drame en ce jour J.

Les êtres vivants sont en constante évolution

Parce que le moi d’il y a deux mois, un an ou dix ans n’est plus le moi d’aujourd’hui.

De fait, quand on compte les points et qu’on ressort les dossiers, ce qu’on dit, le message qu’on envoie à l’autre c’est

  • “Tu n’as pas changé, t’es la même personne qui commet les même erreurs et je ne t’offre pas la possibilité de te regarder avec un regard différent de qui tu étais avant”.

On ne regarde pas la personne tel qu’elle est aujourd’hui. 

Pour que ce soit peut-être plus clair encore, ce serait comme rappeler en permanence à une personne qui est végétarienne ou végétalienne qu’elle ne l’était pas avant.

Ce serait comme dire à quelqu’un de très militant pour l’écologie “oui mais il y a deux ans tu prenais l’avion et t’étais pas zéro déchet”. Effectivement, on peut avoir été une certaine personne, on peut avoir adopter certains comportement qui aujourd’hui ne nous ressemble plus.

Changer notre regard sur le passé

S’accrocher au passé, à la rancune, aux erreurs commises c’est finalement, ne pas regarder l’autre tel qu’iel est vraiment.

Et est-ce qu’on peut vraiment être sincère avec soi-même et dire

  • “Je veux que notre relation s’améliore par contre je refuse de regarder qui tu es réellement.”

Le passé, c’est le passé. On ne peut pas le réparer ou le changer.

La seule chose que l’on peut faire. Ce sur quoi on a du pouvoir c’est la façon dont on le regarde et dont on perçoit ce qui est arrivé.

On ne peut pas demander à quelqu’un de faire ses preuves pour récupérer ou rattraper le passé.

On peut demander du changement et de l’évolution pour l’avenir mais on ne peut pas attendre qu’iel rattrape le passé.

La rancune est nuisible pour nous-même

Quand on garde notre rancune, c’est aussi envers soi-même que c’est compliqué.

Parce que on continue d’alimenter de l’anxiété, de la nervosité. Cela vient nuire à notre estime de nous-même aussi. On fait preuve d’une forme de fermeture d’esprit parce qu’on ne s’autorise pas à voir que l’autre a été en capacité d’évoluer. 

Je ne dis pas qu’il faut tout accepter. Je ne dis pas qu’il faut oublier.

Ce que je dis juste pour l’instant c’est que ne pas laisser le bénéfice du doute, c’est fermer son cœur et cela contribue aussi à créer un environnement hostile dans la relation.

Quand on est à l’affût de la moindre faute, de la moindre petite chose qui viendrait confirmer qu’on avait raison de pas avoir confiance, forcément on va trouver.

On vient confirmer notre vision et nos idées qui sont déjà arrêté. La vérité c’est que par moment, on jubile presque d’avoir eu raison quand bien même ça fait mal. Parce que c’est notre ego qui parle, notre ego qui aime avoir raison. 

Mais quand on est dans cette posture, d’attendre la faute. On ne cherche ni le débat, ni la vérité. On cherche le conflit pour trouver le dérapage. Et cela bien entendu, ça se ressent. 

Offrir la possibilité à l’autre de s’améliorer

Est-ce que vraiment, en tant que personne, on arrive à être la meilleure version de nous-même auprès de quelqu’un quand on sait que celle-ci n’a pas d’espoir envers nous et attends juste la chute. 

Personnellement, quand je sais qu’on attends juste de me voir échouer, je n’ai pas envie de faire l’effort de faire des choses biens parce que je sais que je fasse, l’autre ne sera pas satisfait et trouvera toujours quelque chose à redire.

Donc à quoi bon perdre mon énergie à faire des choses pour améliorer une situation si quoiqu’il arrive, le résultat est le même.

Quand on compte les points, on mets l’autre dans une posture de défense et la seule chose que notre partenaire peut faire c’est le moins pire. C’est bien dommage.

Parce que dans une relation, épanouissante, ce qu’on veut, c’est le meilleur. À la place de ça, on a le moins pire.

La communication au coeur de la relation

Ok donc maintenant que j’ai fini de peindre ce triste tableau c’est quoi la solution ? J’ai envie de dire comme toujours communication.

Quand on a de la rancune il faut l’exprimer.

La communiquer oui mais bien la communiquer.

C’est-à-dire qu’on évite de l’exprimer sous forme de reproche mais on la formule sous forme de demande.

Il est important de garder en tête qu’on est dans une démarche de co-construction. On utilise le je, plutôt que le tu.

On évite les d’accusations qui amplifient la dynamique bourreau-victime. Oui, on a été blessé mais on sort de la position de victime. Si notre partenaire représente notre bourreau, il ne va pas prendre le rôle de sauveur en plus.

Dans une construction de relation, c’est 50-50. Il n’y en a pas un qui est responsable et l’autre est la victime.

On parle de soi, de nos désirs, de ce qu’on souhaite et on voit comment est-ce qu’on peut aller à la rencontre l’un de l’autre.

Nos demandes ne doivent pas être des exigences.

La rancune, les erreurs mutuelles ne doivent pas être un levier de chantage affectif. 

S’ouvrir au pardon

C’est maintenant que je vais vous parler brièvement du pardon. À commencer par ce que n’est pas le pardon.

Le pardon :

  • ce n’est pas oublier qu’on a été offensé.
  • Ce n’est pas toléré ou minimiser l’offense.

Le pardon ce n’est pas être faible ou s’écraser. Ce n’est pas non plus être le perdant de l’histoire.

Le pardon est un état d’esprit. Il entraîne vers le meilleur et c’est l’amour qui gagne. Je vais vous dire une phrase que je trouve particulièrement pertinente est magnifique.

À chaque fois qu’on est en lutte, quand on entre en guerre, quand on cherche le conflit, c’est toujours l’amour qui perds. 

Quand on garde nos rancunes, on est prisonnier de nos ressentiments.

Le pardon n’a rien à voir avec la personne qui nous a fait du mal. On est le principal bénéficiaire du pardon. Vivre le pardon c’est vivre le don. Donner rend heureux. Dans une relation, pardonner sincèrement, cela permet de créer un climat paisible et constructif. C’est une force incroyable de pardonner. C’est un magnifique cadeau, qu’on fait à soi-même et à l’autre de pardonner.

On peut

  • choisir de pardonner et se séparer d’une relation
  • pardonner et décider de couper les ponts
  • pardonner et continuer à construire la relation.

Le pardon ce n’est vraiment pas excuser les faits ou accepter que cela se reproduise.

apprendre à pardonner

Exercice sur la rancune

Si aujourd’hui, vous pensez à des situations dans lesquelles vous avez de la rancune,je vous invite à les noter et voir qu’est-ce que ça réveille en vous.

  • Qu’elle aurait été la situation idéale ?
  • Comment vous auriez aimé que ça se passe ?
  • Qu’est-ce qui vous a blessé et éventuellement quelle demande vous pourriez formulé pour soit avancer vers le pardon soit faire en sorte que cette situation ne se reproduise plus ?

En gardant en tête bien entendu, qu’au même titre que vous effectuez une demande et non une exigence, votre partenaire a le droit de dire non à votre demande. 

Apprendre à poser ses limites

C’est à travers ce type de conversation qu’on vient également poser nos limites. Qu’on est en mesure de voir quand est-ce qu’elles sont franchies et qu’est ce qui est possible pour qu’on continue la relation en étant tout les deux dans une démarche de responsabiltié et construction.

En résumé, garder sa rancœur c’est percevoir l’autre comme étant défini uniquement par l’offense qu’on a reçue.

Quand on s’accroche à cette perception, on crée consciemment ou non, un environnement hostile dans lequel notre partenaire n’est pas en mesure de vivre au niveau de nos attentes. Quoiqu’iel fasse, son comportement ne sera jamais à la hauteur.

Le pardon c’est un long chemin. Laisser partir sa rancune aussi. Je pense que c’est important d’être en mesure de faire preuve d’empathie envers soi-même. Parce que pardonner, ça ne signifie qu’on méritait de vivre telle ou telle mauvaise expérience.

Conclusion

Je m’arrête là-dessus, j’espère que cet épisode était clair et qu’il a peut-être mis en lumière des ressentiments que vous aviez et que vous avez envie de laisser partir. C’est un gros sujet tout ce qui est rancune, pardon etc.

Quand on se lance dans une forme de croisade les uns envers les autres, c’est l’amour qui perd.

Cela peut être un point de départ. Une première ouverture à la conversation mais il faut vraiment le prendre avec des pincettes parce que dans toute communication, pour que ce soit constructif et qu’il y ait des retombées positives concrètes, il faut impérativement être dans l’ouverture et croire en la possibilité que la personne en face de nous peut nous surprendre et nous rejoindre dans nos demandes.

Sur ce, je vous souhaite de passer une très belle journée, soirée ou nuit et je vous dis à très bientôt, dans un prochain épisode !

Aller plus loin

Pour commencer à guérir vos blessures, je vous propose de découvrir le livre suivant :

Si vous souhaitez vous libérer de votre rancune d’une relation passée ou présente, je peux vous aider. N’hésitez pas à réserver votre séance de coaching individuelle à cet effet !