Sélectionner une page
Dans cet article, j’ai envie de vous parler d’un sujet qui me tient à cœur parce qu’il est au centre de l’actualité du moment et qu’il a un impact sur ma propre vie amoureuse.

J’ai envie de vous parler des histoires d’amour aujourd’hui, en 2022, plus précisément en France puisque c’est le pays où je vis.

Je veux vous parler des relations amoureuses pendant une épidémie mondiale.

Mon but ce n’est pas d’être sinistre ou pessimiste. J’ai simplement envie de mettre en lumière des questionnements qu’on peut avoir concernant nos vies affectives tandis qu’on est dans un environnement qui peut vite devenir anxiogène.

J’en parlais brièvement l’année dernière dans mon podcast sur les rencontres en 2021 et je pense que certains conseils que j’ai pu donner sont toujours valable donc si vous voulez faire des rencontres n’hésitez pas l’écouter ou le re-écouter. 

Je vous invite à découvrir ce nouveau sujet des histoires d’amour en temps d’épidémie sur le podcast ou bien en retranscription ci-dessous.

La pandémie qui démarre en 2020

Vous n’êtes pas sans savoir que cela fait deux ans qu’il existe des mesures et des restrictions qui ont pour objectif de contenir la pandémie puis désormais l’épidémie.

Ces différentes mesures ont un impact sur un certain nombre d’aspects de nos vies.

Tant d’un point de vue personnel, professionnel, familial etc.

Avec les mesures auxquelles on fait face, on a pas d’autre choix que de s’adapter. Et donc cela vient changer la donne dans la gestion de nos vies affectives.

Quand je dis qu’il n’y pas d’autre choix que de s’adapter c’est dans le sens, où, on est obligé de composer avec des mesures qui nous sont imposés, que l’on a pas forcément choisi et donc notre souveraineté, elle se trouve dans notre capacité à gérer ses changements et choisir comment on agit.

Remise en question de nos vies affectives

Ce que j’ai remarqué au cours des derniers mois, c’est qu’il y a plusieurs questions qui peuvent se poser quel que soit votre statut relationnel. Et il s’agit de ces interrogations là auxquelles j’ai envie de répondre. 

Notamment :

  • est-ce que on peut se permettre aujourd’hui de faire les difficiles quand les opportunités de rencontres ne sont plus aussi nombreuses qu’avant ?
  • Des opinions différentes en termes de stratégie politique et de gestion de la crise indiquent-elles une incompatibilité amoureuse ?
  • Comment est-ce qu’on peut entretenir une relation existante dans ce climat ?
  • Est-ce qu’un couple né au cours des deux dernières années pour de “mauvaises raisons” a vraiment des chances de survivre ?
  • Comment est-ce qu’on peut gérer sa relation à distance dans ces conditions ?

Je choisis de répondre à ces questions là parce qu’en soit elles sont liées et que vous soyez en couple ou célibataire, je pense que ça peut être bénéfique d’entendre l’ensemble des réponses.

Peut-on faire les difficiles en amour ?

Alors pour commencer, est-ce qu’on peut vraiment faire les difficiles ?

C’est une question qui est pas mal revenue en coaching dernièrement.

Beaucoup d’entre nous ont moins d’opportunités de rencontres pour plein de raisons.

Certains lieux sont fermés, certaines activités inaccessibles, les cercles amicaux se renouvellent moins et quand c’est le cas, on est sur la réserve. Le télétravail est mis en avant etc. et donc la question qui se pose c’est :

est-ce que je dois me satisfaire du peu d’opportunités que j’ai à me mettre sous la dent ?

Identifier nos exigences

La réponse à cette question est valable quel que soit le contexte même si les personnes vont peut-être se la poser davantage aujourd’hui. Déjà première chose :

  • c’est quoi faire le ou la difficile ?
  • Quels sont les critères, si vous vous posez ou entendez cette question, qui correspondent à faire la ou la difficile ?
  • Pour vous c’est quoi le minimum requis dans une relation ?

À mon sens, ce n’est pas faire le ou la difficile que de vouloir un ou une partenaire qui va nous respecter, faire preuve d’honnêteté, être capable de nous écouter, de s’engager réellement dans la relation.

Re-évaluer nos critères

Là où effectivement, il faut peut-être revoir ses critères c’est quand on attend de l’autre qu’il soit irréprochable.

Si vous estimez que l’autre doit être beau, sportif, marrante, aimer voyager, avoir le sens du goût vestimentaire, intelligente selon votre définition de l’intelligence, suffisamment cultivé etc. Que à cela, il faut que la personne soit dans votre ville, qu’elle ne fume pas, qu’elle ait le même degré d’évolution que vous.

C’est-à-dire que si vous êtes dans une démarche de développement personnel, vous voulez que cette personne soit aussi avancée que vous. 

Là je suis d’accord que c’est être d’une certaine façon difficile.

Nous avons tous des souhaits et des critères de relation qui vont nous permettre de choisir le ou la partenaire qui nous conviennent peu importe le contexte sociétale.

Le souci avec ces critères c’est que ce ne sont pas ceux qui vont se porter garant d’une relation sur le long terme.

Le plus important c’est de regarder qui est la personne en face de nous. Cela peut paraître bateau dit comme ça mais si on remet les choses en perspectives.

Est-ce que dans 5 ans vous voulez être avec une personne intelligente et qui ne vous respecte pas ou une personne peut-être moins cultivée que vous selon votre référentiel mais qui sait vous soutenir et être sincère ?

Je parlais de ces différents critères dans l’épisode 9 du podcast sur la sur-consommation amoureuse donc n’hésitez pas à aller l’écouter si vous voulez aller plus loin sur vos réflexions.

Des opinions divergentes traduisent-elles une incompatibilité amoureuse ?

Ensuite, est-ce que des opinions qui divergent vis-à-vis :

  • des décisions gouvernementales
  • du choix de vaccination ou non

signifient qu’il y a un souci de compatibilité amoureuse ? 

Alors je pense que ce n’est pas tout blanc ou tout noir. Cela demande d’être prêt à creuser un peu. Sur des applis de rencontres, sur les réseaux sociaux, sur des blogs etc. J’ai vu des phrases telles quel : 

  • si tu n’es pas vaccinée pas la peine de venir me parler 
  • vous pouvez arrêter de suivre mon contenu je ne veux de non vaccinée par ici
  • et d’autre l’autre sens, je suis non vax, viens pas me parler si tu l’es
  • Les moutons je ne veux pas de vous dans mon entourage

Bref, cela me fait mal au cœur quand je vois ce type de phrases que ce soit dans un sens ou dans l’autre.

Je trouve cela dommage cette division en deux catégories. Pour moi c’est l’amour qui perd quand il y a une telle fracture. 

Je suis également tombée sur un article qui parlait d’une nouvelle application de rencontre Impfreei Love.

Application qui réunit uniquement des personnes non vaccinées souhaitant trouver l’amour. En fait, cela vient aussi en réponse au fait que depuis des mois qu’il est possible d’afficher notre statut vaccinal. Que ce soit sous forme de stickers sur une photo de profil tinder ou encore dans notre descriptif. Nous pouvons indiquer combien de doses on a eu. 

Je vous avoue que personnellement, et c’est uniquement mon avis, je trouve que cela va un petit peu trop loin.

Mon conseil, à ce niveau là, c’est vraiment de faire preuve d’ouverture d’esprit. C’est valable pour plein d’autres thématiques mais dès qu’il s’agit de sujets clivants, je trouve que c’est encore plus nécessaire de prendre du recul sur ces conversations et sujets.

C’est quoi qui vient se réveiller en nous quand la personne en face ne partage pas notre opinion ?

Nos opinions nous appartiennent

Puisque qu’on se le dise, notre opinion n’est pas un fait.

Qu’on soit pour ou contre les décisions gouvernementales, l’obligation vaccinale etc. Cela reste une opinion, un avis.

Il n’y aucun moyen de prouver qui a raison ou qui a tort dans sa façon de penser.

Si je pense que rose est juste et que vous pensez que c’est marron qui est juste.

On peut chacun de notre côté trouver des arguments et des faits qui vont venir étayer nos propos mais en fait cela reste impossible de déterminer que notre façon de penser est la bonne. Parce qu’il s’agit d’une façon de penser et il n’existe pas qu’une pensée unique qui soit la bonne. Il n’existe pas une seule vérité qui corresponde à notre propre vision.

L’ouverture à la différence

Et donc, quand vous entrez des sujets comme ça, n’ayez pas peur des différences d’opinions.

Regardez plutôt :

  • Est-ce que c’est possible de converser avec la personne en face de vous ou est-ce que c’est un sujet trop émotionnel ?

Et si c’est trop émotionnel, est-ce que vous souhaitez vraiment entrer dans un débat où il faut anéantir la personne en face de soi ou alors êtes-vous capable de faire preuve d’ouverture et discernement ?

  • Est-ce que quand vous échangez, c’est une valeur de la personne qui est touchée par vos éventuels propos ?

Et si c’est le cas, est-il indispensable pour vous que votre partenaire partage cette valeur ? Si la réponse est oui alors à ce moment-là, je vous invite à découvrir si vous avez cette valeur commune.

On peut partager les mêmes valeurs et avoir des opinions qui diffèrent. Tout comme on peut trouver des choses sur lesquelles on est d’accord, même quand on a des divergences d’opinions.

On ne peut pas changer quelqu’un

Je pense que c’est important de cesser de vouloir changer l’opinion de la personne avec qui on échange. Et aussi, poser la question avant même de partager votre avis.

Est-ce que la personne en face de vous souhaite entendre ce que vous avez à dire sur le sujet. Parce que vous n’êtes pas obligé de parler de ce sujet là, vous pouvez très bien en choisir un autre.

Alors comment on entretient une relation dans ce climat là, et bien finalement, c’est la même chose qu’en tout temps. On est pas obligé d’entrer sur des terrains glissants. Je ne vous dis pas de passer sous le tapis tous les sujets inconfortables mais pour le covid c’est déjà un sujet qui est partout et vous n’avez pas besoin d’en faire un sujet dans votre relation amoureuse. 

On peut donc cesser de vouloir à tout prix que l’autre pense comme nous, on peut plutôt discuter de comment on a envie de communiquer sur nos différences et comment est-ce qu’on envisage de les gérer dans la relation. 

Vous pouvez partager des informations pour vous comprendre mutuellement. 

Comment entretenir sa relation dans un climat anxiogène ?

Ensuite, brièvement, si votre problématique aujourd’hui c’est de dire que vous êtes enlisé dans une routine et que vous n’arrivez pas à cause de la situation sanitaire à remettre un peu de surprise dans la relation.

Je peux vous assurer qu’il existe plein d’activités diverses et variées que vous pouvez réaliser ensemble et qui ne dépendent pas de décisions gouvernementales.

Si c’est quelque chose qui est important pour vous, je vous invite à m’envoyer un message et si j’ai de la demande je vous ferai un post ou un article avec des idées d’activités à faire à deux pour ramener un peu de magie dans la relation.

Est-ce qu’un « couple covid » peut survivre ?

La définition du « couple covid »

Il y a une autre chose que j’ai entendu au cours de la dernière année c’est “Eux c’est un couple covid” c’est à dire, un couple qui a démarré lors d’un des confinements.

Et pour des “mauvaises raisons” dans le sens où c’était des raisons de “je me sens très seul, je veux être avec quelqu’un, n’importe qui”

La découverte de son.sa partenaire sous un nouveau jour

Ensuite, on apprend à se connaître après dans un cadre un peu plus libre, on découvre les amis respectif, la famille, les passions de chacun et on voit des choses auxquelles on n’avait pas pensé.

Par exemple, on a honte de notre partenaire en public.

Il y a une passion de l’autre qu’on ne supporte pas. Et finalement, ça pour moi, ce n’est pas lié au fait de s’être mis ensemble dans un contexte de pandémie ou non. Il s’agit d’apprendre à découvrir son ou sa partenaire. Et on trouvera toujours des choses qui nous conviennent moins chez l’autre. Et le fait de se mettre ensemble pour des mauvaises raisons, en soit personnellement, c’est mon avis. Je ne vois pas pourquoi c’est un problème. 

Peu importe les raisons qui font qu’on est avec quelqu’un, finalement si après coup, on est bien avec cette personne et qu’on a envie de construire un futur avec cette personne alors pourquoi s’en priver ?

Une relation à distance pendant la pandémie

Pour terminer, le dernier point que j’avais envie d’aborder concerne les relations à distance.

Je trouve qu’il y a tellement peu de visibilité aujourd’hui qu’il est compliqué de prendre des décisions, de faire des projets sur le futur.

On navigue à vue en ce moment.

Alors, pour ceux en relation à distance, si vous le vivez bien, tant mieux continuez comme vous faites déjà et épanouissez vous. Si par contre, c’est un sujet sensible pour vous je pense que cela peut être un bon moment pour prendre des décisions comme si vous saviez ce qui allait se passer.

Si aujourd’hui, je vous dis, je suis une voyante, je vois l’avenir et la situation telle qu’on la connait, elle va durer encore trois ans.:

  • Trois ans où les lieux de cultures ouvrent et ferment.
  • Encore quelques années pendant lesquelles il faut un pass pour voyager de ville en ville et dans d’autres pays.
  • Trois ans pendant lesquels ce sera de plus en plus dur de pouvoir se déplacer pour retrouver votre partenaire.

Avec ce scénario, est-ce qu’il y a quelque chose que vous feriez différemment ?

Décider d’un scénario pour ramener de la clarté

Je vous propose ce scénario qui n’est pas joyeux dans le sens où si aujourd’hui, j’avais la certitude que cela se passerait comme cela, je commencerai vraiment à évaluer mes options pour être plus proche géographiquement de mon partenaire.

Parce que je sais que je n’aurais envie de continuer 3 ans à distance et encore plus dans ces conditions. Je ne sais pas si pour vous cela change quelque chose mais faire ce type de projection, peut permettre d’y voir plus clair quand à ce que l’on souhaite vivre dans notre vie.

Enfin, vous pouvez prendre les décisions qui vont avec le scénario “catastrophe” et voir si ces décisions elles seraient ok dans un monde utopique.

Par exemple, je disais que moi je chercherais à me rapprocher géographiquement de mon partenaire. Et je peux donc dire est-ce que avoir déménagé dans un pays étranger  me convient toujours si je suis dans un contexte où finalement, l’épidémie a disparu, le monde est revenu à la normale et je ne suis plus dans ce climat anxiogène.

  • Est-ce que je m’y retrouve, dans le fait de vivre dans la même ville que mon partenaire si l’épidémie n’est plus là ?

Prendre des décisions comme si on connaissait déjà l’avenir nous permet de donner une direction et de moins avoir l’impression de subir toute cette situation mondiale.

Aller plus loin

Je vais m’arrêter là pour cet article, je ne suis pas rentrée complètement dans les détails pour chacun des questionnements.

Mon but était de vous donner des pistes de réflexions.

Si vous souhaitez que j’approfondisse le sujet, vous pouvez m’envoyez un message

J’espère en tout cas que vous prenez soin de vous.

Je ressens personnellement un épuisement psychologique dans ma vie de tous les jours.

On peut être dans le développement personnel, la pensée positive, le lâcher prise etc.

Cela dit, parfois cela devient quand même trop. Nos émotions qui sont “négatives” ont besoin de s’exprimer aussi. Sachez que si ça ne va pas en ce moment pour vous, que vous vous sentez désemparé, démuni, perdu.

Et bien vous n’êtes pas seul.e. Je vous invite à trouver une forme de soutien auprès de moi si vous le souhaitez