Sélectionner une page

Partir ou rester dans sa relation ? Telle est la question. Dans cet article, je souhaite ainsi vous apporter des éléments de réponse face à la question :

  • “Est-ce que je pars ou je reste dans ma relation ?”

C’est une question qui revient très fréquemment.

Plus on reste longtemps dans une relation, plus cette question va prendre de l’importance.

On va avoir tendance à mettre énormément d’enjeux sur cette question, de façon à trouver LA bonne réponse parce que on a investi du temps, de l’énergie etc. dans la relation et on a pas envie de voir tous nos efforts se solder en “échec”.

Je vous invite ainsi à découvrir ce sujet sur le podcast ou lire la retranscription ci-dessous !

Les doutes font partis des relations amoureuses

Ce qu’il faut savoir déjà c’est que dans la durée de vie d’une relation.

Il y aura généralement un ou plusieurs moments où vous finirez par avoir des doutes. Ces doutes arrivent particulièrement lors de la période de désillusion amoureuse mais ils peuvent survenir à tout moment.

Je vous invite à écouter deux épisodes de Coeur d’articoach, si ce n’est pas déjà fait :

Je vous évoque ces épisodes là parce que ce sont les deux premières étapes du voyage du couple.

C’est-à-dire que le couple complice dont vous rêviez probablement, existe.

Mais celui-ci arrive lorsqu’on a réussi à franchir la troisième étape du voyage pour atteindre l’étape 4 puis l’étape 5.

Les deux dernières étapes du voyage du couple sont superbes mais malheureusement il est estimé que seuls 20% des couples parviennent à être heureux sur le long terme et donc à priori, parviennent à atteindre ces étapes là du voyage. 

Et en fait les 80% qui ne sont pas épanouis finissent soit par se séparer ou alors ils restent bloqués à l’étape 3, qui est la phase de lutte de pouvoir. Un petit nom qui donne assez peu envie de rester bloqué à ce stade. 

Connaitre les étapes du voyage du couple

J’ai fait cette parenthèse sur le voyage du couple parce que lorsqu’on a la connaissance de ces différentes étapes ainsi que leurs enjeux, ça nous permet de prendre un minimum de recul sur ce qu’on est en train de vivre.

Si on se rend compte que nos doutes sont tout à fait normaux et qu’ils sont associés à l’étape de désillusion par exemple, c’est plus facile de les accepter parce qu’on a conscience de ce qui se joue pour nous mais aussi que c’est un passage de doutes tout à fait sain pour pouvoir justement choisir en pleine conscience de continuer notre relation amoureuse.

Sortir de la binarité

Je l’ai probablement déjà dit et je vais me répéter mais l’amour c’est un choix, c’est une décision qui se prend jour après jour.

Le grand amour comme on peut le voir dans les contes de fées est une illusion. Par contre le grand amour se construit. 

Pour en revenir à cette fameuse question de

  • “est-ce que je dois partir ou rester ?”.

Quand on commence à se la poser, il y a généralement un mécanisme de protection qui se met en place.

C’est-à-dire que la situation est inconfortable. Notre cerveau n’aime pas ce genre de situation.

Et pour répondre au stress qui est généré, notre mental va venir nous apporter des réponses qui iront dans le sens de “on arrête tout”. 

Le détective à la recherche de la faute

Quand on a ces questionnements on devient un détective à la recherche des indices qui vont nous indiquer de mettre un terme à la relation plus qu’un détective qui suit les pistes pour la maintenir.

Et c’est normal de réagir comme ça.

La mission du couple, c’est de nous permettre de grandir, de retrouver des parts de nous qui sont enfouis profondément.

Le couple est un espace de développement personnel immense mais à celui-ci est forcément lié la sortie de la zone de confort et vous le savez, le cerveau n’aime pas l’inconnu.

On aime ce qu’on connaît.

Au début d’une relation, les hormones de l’état amoureux nous font vivre quelque chose de magnifique, de magique, de fluide. Sauf que sur le long terme, le couple n’est pas un long fleuve tranquille, il y aura toujours des soucis et des tourments. 

Je ne dis pas qu’il faut rester dans une relation à tout prix, mais avoir connaissance que quand on est dans le doute, on est davantage à la recherche de raisons de partir que de raisons de rester, que ce soit conscient ou non, ça permet déjà de prendre un peu de hauteur.

Partir ou rester : Les stratégies mises en place

C’est tout à fait sain et normal de rencontrer des doutes. L’une des difficultés que ça présente, en revanche, c’est que chacun des partenaires ne connaît pas le doute au même moment dans la relation et surtout on ne réagit pas tous de la même manière quand on traverse cette période.

Et quand on est dans le doute, dans la frustration d’une relation qui nous épanouit peu, il y a souvent deux stratégies adoptées. Stratégies non constructives, je précise.

On peut évacuer nos ressentis en étant agressifs, secs.

On va communiquer l’ incompréhension de nos sentiments par de la critique et du reproche. Ou autre possibilité, on se referme complètement, on ne parle. Ce qui provoque interrogation et angoisse chez notre partenaire.

Ce n’est un secret pour personne mais la communication est l’une des clés de la durabilité d’un couple. L’un des pires ennemis du couple c’est le silence. 

Discuter de ses doutes au sein du couple

Donc si aujourd’hui vous avez des doutes, il faut aborder le sujet avec votre partenaire.

Comment est-ce qu’on pourrait espérer poursuivre ce voyage à deux si on refuse de partager les soucis et les tourments qui ne manquent pas de survenir. 

La difficulté dans ce type de conversation c’est que le ou la partenaire représente l’objet de nos doutes et il faut réussir à communiquer nos véritables préoccupations.

Je parle de véritables préoccupations, parce que ces doutes surviennent mais ils ne sont peut-être pas dus à notre partenaire contrairement à ce qu’on pourrait penser. C’est un cheminement psychologique naturel, pour chacun de nous, face à l’importance de notre engagement. 

Et dans des moments comme ça, reporter notre angoisse sur l’autre et incompréhensible pour notre partenaire, iel ne peut pas comprendre car iel n’est pas responsable de notre trouble.

Les clés pour communiquer sereinement

Pour communiquer vos doutes, je vous invite à prendre un moment juste à deux dans un cadre dans lequel vous êtes tous les deux en sécurité émotionnelle.

À mon sens il est préférable d’avoir cette conversation dans un lieu privé.

Parce que si vous choisissez d’en parer au restaurant par exemple, si les émotions sont trop fortes, s’il y a la peur du regard des autres etc. Cela peut venir fermer la conversation alors qu’elle est importante.  Ensuite, pour avoir cette conversation, il faut avant tout être au clair avec nos préoccupations et nos ressentis. 

Pour cela, je vous invite à regarder ce que vous ressentez quand vous vous posez cette question

“Est-ce que je pars ou je reste ?”

Est-ce que c’est de la tristesse, de la culpabilité, du regret, de la nostalgie, de la colère ?

Cette question qu’on se pose, elle est souvent associée à la pensée que “ce n’est plus comme avant, que quelque chose à changé, que on est peut-être plus compatible”.

On peut arriver à une forme de désespoir en se disant

  • “ça ne reviendra plus jamais comme avant alors je pars”.

Mais avant d’arriver à cette décision radicale, je vous invite donc à identifier ce que vous ressentez et surtout prendre le recul nécessaire en vous demandant :

  • qu’est-ce qui fait que ça a changé ?
  • Comment est-ce que vous en êtes arrivés là ?

Partir ou rester ? L’exercice pour y voir plus clair

Si cela vous semble trop flous, je vous propose de réaliser un exercice qui était proposé par Morgan dans l’épisode 20

Première étape : constituer la liste doudou

Cet exercice consiste à faire une liste de 50 choses que votre relation vous apporte de bénéfique.

Cela peut être les qualités qui vous ont fait tomber amoureux ou amoureuse, les éléments qui vous font vous sentir aimer, des fragments de votre évolution personnelle liée à la relation.

50 c’est beaucoup et c’est justement l’objectif de cet exercice, de creuser et aller voir plus loin. Peut-être que cette liste va justement vous apporter la vision que toute les choses qui vous ont fait tomber en amour sont toujours là et qu’il y a juste besoin de réveiller le couple.

Deuxième étape : identifier les émotions liées à celle-ci

Ainsi, lorsque vous avez cette liste, première chose, essayez d’y voir plus clair sur vos ressentis.

Comprenez quelle émotion est associée à vos questionnements. Parce que nos émotions, elles sont là pour exprimer le degré auquel nos besoins sont satisfaits ou non.

Et deuxième chose, notez quels sont les endroits de cette liste qui aujourd’hui, ne vous semble plus assez présent ou que vous avez l’impression que ça a changé.

Par exemple, sur cette liste vous pourriez avoir 

  • j’aime quand nous nous promenons ensemble
  • La relation m’apporte un partenaire pour aller faire de l’escalade
  • J’aime les voyages que l’on fait ensemble
  • Nos visites aux musées ont contribués à développer mon intellect

Tous ces éléments sont indicateurs de moments de qualités passés ensemble mais vous pourriez aussi noter que vous aimiez le dynamisme de votre partenaire mais qu’aujourd’hui ça vous exaspère parce que vous avez besoin de calme.

Troisième étape : évaluer la satisfaction et identifier les causes

Et sur cette liste, à côté des différentes réponses, vous pouvez ajouter des notes là où ça ne vous semble plus satisfait. Comme par exemple : 

  • aujourd’hui on ne fait plus telle activité
  • la date de la dernière fois où vous avez ressentis de la joie associé au dynamisme du partenaire par exemple

Et une fois que vous avez des faits, plus ou moins neutres, on en revient aux questions que j’évoquais précédemment. Pourquoi est-ce que ça n’est plus et comment vous en êtes arrivés là. 

Je vous ai pris des exemples où, les premières réponses qui arrivent en général face à ces questions sont, iel :

  • n’est pas motivé à sortir prendre l’air avec moi
  • me donne des excuses pour ne pas m’accompagner au sport
  • préfère faire autre chose que passer du temps avec moi
  • m’impose son mode de fonctionnement dynamique

Quatrième étape : prendre sa part de responsabilité

Et donc, vous l’entendez sûrement, l’élément commun de ces phrases, c’est que je reporte toute la responsabilité sur mon partenaire.

  • C’est lui l’horrible personne qui fait que je ne suis pas satisfaite.
  • C’est lui qui est pénible et qui fait barrage à l’épanouissement du couple.

Sauf que, dans toute relation, on est co-responsable de l’entretien de celle-ci.

Et oui, je vous l’accorde, ça arrive qu’ il y ait des phases où une des deux personnes porte la relation pendant un temps. Parce qu’elle dispose peut-être des outils, de la maturité affective ou de l’énergie tout simplement pour le faire mais sur le long terme c’est un travail d’équipe où on est co-responsable de ce qui nous arrive.

Avoir de la responsabilité sur une situation ou un évènement, ne signifie pas qu’on mérite ce qui nous arrive. 

Je vous précise cela parce que dans une situation où on a l’impression d’être mal aimée par exemple, on peut avoir une part de responsabilité sur le fait d’être arrivé à cette situation où nos besoins affectifs sont en carence sans pour autant que cela justifie une éventuelle maltraitance émotionnelle.

Et donc ce que je vous demande, quand bien même c’est compliqué, c’est de regarder comment vous, vous avez contribué à atteindre cette situation qui vous déplait.

Par exemple, je pourrais dire :

  • lorsqu’on est à l’escalade, je critique mon partenaire au moins faux pas
  • quand on va au musée, je taquine mon partenaire sur sa méconnaissance artistique et ça peut être blessant
  • les créneaux horaires que je lui propose ne correspondent pas à son emploi du temps
  • je l’ai délaissé pendant plusieurs mois et aujourd’hui, il me rejette
  • Je ne pose clairement mes limites donc il les franchit

La prise de recul nécessaire pour se décider

Il peut y avoir plein de chose et si vous avez l’impression d’être blanc comme neige, posez-vous la question de

  • “Comment est-ce que c’est de passer du temps avec moi ? »
  • « Comment est-ce que c’est d’être en couple avec moi ?”

Et c’est valable pour n’importe quelle relation en fait.

  • Comment est-ce que c’est d’être mon amie, mon frère, ma soeur, mon collègue, mon amoureuse etc.

Demandez-vous :

  • Est-ce qu’ après avoir passé du temps avec moi on se sent épuisée ou au contraire on se sent comblé ?
  • Qu’est-ce que je fais vivre aux autres ?
  • Est-ce que je fais preuve d’accueil, d’ouverture, de don de moi ?
  • Est-ce que je crée un espace similaire à un havre de paix pour la relation ?
  • Quelle est l’expérience que je propose ?
  • Est-ce que je m’efface pour laisser tout l’espace à l’autre ou au contraire est-ce que je ne parle que de moi-même et ma propre actualité ?

La recherche de solution

À partir du moment où on a une vision d’ensemble on est en mesure de communiquer nos différentes préoccupations sans être dans le blâme.

Cette vision d’ensemble elle va permettre de trouver une solution adaptée pour chacune des deux personnes qui forment le couple. Par exemple prendre des vacances pour se retrouver, se séparer temporairement, partager une activité, prendre du temps pour soi etc.

Voilà les différentes pistes que je peux vous proposer face à ce questionnement.

Je ne l’ai pas précisé au début mais c’est dans le cas où vous n’êtes pas victime de violence et que votre sécurité physique n’est pas en danger. Parce que si c’est le cas, il n’y a pas de sujet et il faut partir de la relation.

Ils existent des ressources pour être accompagnés dans la démarche. Et si vous êtes dans ce cas là, je me doute que c’est une situation compliquée, vous pouvez m’envoyer un message et je vous redirigerais vers des entités adéquates pour que vous puissiez être en sécurité.

Conclusion

J’espère en tout cas que cet article vous a plu.

Les questions binaires comme ça sont assez difficile à résoudre objectivement parce que le problème est dans la question.

On envisage d’entrée de jeu que deux solutions possibles. Je ne pense pas du tout qu’il faille à tout prix s’obstiner à faire fonctionner la relation mais je pense que beaucoup de couple se séparent alors qu’il y a avenir possible et épanouissant pour eux et je trouve cela dommage.

Quand on apprend à relationner ensemble, la gestion des difficultés se fait bien plus aisément.

Si vous souhaitez être accompagné face à vos doutes, n’hésitez pas à prendre rendez-vous avec moi !