Sélectionner une page

Je vous retrouve de nouveau pour ce sujet qui me tient à coeur, les relations inachevées.

Nous connaît tous une personne qui s’accroche à une relation malgré les signaux non favorables, non ?

Si vous avez déjà lu mon précédent article, vous le savez, les relations dites inachevées nous laissent un goût amer.

Nous nous sommes vu construire quelque chose avec l’autre. Selon nous, il y avait match et pourtant… Rien ne se passe.

Sur le podcast coeur d’articoach, je vous parle de quelques cas spécifiques et de comment faire pour se libérer afin de faire évoluer notre vie affective.

Vous pouvez aussi bien l’écouter, ou découvrir la retranscription ci-dessous.

Qu’est-ce qu’une relation inachevée ?

Qu’est-ce que j’entends par relation inachevée ?

Il s’agit d’une relation qui soit :

  • n’a pas démarré
  • a démarré mais a dû s’arrêter à un moment donné

Jusque là rien de très innovant mais la particularité de ces relations est qu’elles nous laissent un goût amer car elles semblent incomplètes.

Dans le sens où on avait beaucoup d’espoir pour la relation mais finalement elle n’a pas eu d’avenir. 

Il y a plusieurs cas possibles et je vais en détailler quelques-uns.

Cas coaching amoureux

Je vais ainsi vous parler de plusieurs cas d’études avant  de vous détailler comment il est possible de dépasser les sentiments associées à ces relations inachevées. 

La rencontre qui n’aboutit pas sur une relation amoureuse

Ce cas consiste en une personne qui en rencontre une autre et qui va penser qu’une relation amoureuse avec cette personne a beaucoup de potentiel. Cela dit, pour une raison x ou y, elle ne sortira jamais avec cette personne.

Une relation qui démarre avec un refus d’engagement

Deuxième cas, assez similaire, c’est une personne qui en rencontre une autre et qui va penser qu’une relation amoureuse avec cette personne a beaucoup de potentiel.

Une connexion démarre pour un soir ou un peu plus et finalement, il n’y a jamais vraiment de couple qui se forme avec ou sans explications qui peuvent se rapprocher de  “je ne suis pas prêt/prête à me mettre en relation” ou “je ne veux rien de sérieux” etc.

Un couple qui se sépare pour des raisons « invalides »

Dans ce cas-ci, il y a eu une relation où couple. Cela dit, les personnes se séparent. Ce cas rentre dans le domaine de l’inachevée car les raisons de rupture semblent, d’une certaine façon, invalides.

Cela pourrait être :

  • on s’est rencontré trop tôt, c’est dommage, on a envie d’expérimenter alors on se sépare
  • l’une des deux personnes a dû déménager ou partir à l’étranger pendant une longue durée et avec la distance on met un terme à la relation.
  • de l’adultère
    ce n’est pas le sujet ici mais des fois il peut y avoir le sentiment de “et si c’était pas arrivé on serait toujours ensemble”.
  • un choc de culture
  • une différence de religion
  • la belle famille qui refuse d’accepter le partenaire

Donc globalement, avec les exemples que je vous ai donné à l’instant, je pense que c’est déjà plus clair.

Les pensées associées à l’inachevée

Une relation inachevée c’est comme un point virgule. Une respiration. Une pause et après celle-ci on a envie de reprendre. La relation inachevée c’est cette idée de dire :

“je pense vraiment que ça aurait dû marcher »

Malheureusement, on ne le saura probablement jamais.

De fait, il existe des cas de figures où cela peut induire des comportements qui ne vont pas être bénéfique pour notre vie affective.

L’amour à sens unique

Reprenons le premier cas : une rencontre entre deux personnes où tout se passe bien.

D’un côté il peut y avoir l’impression que « c’est mon âme sœur » mais en fait la relation ne démarre jamais.

Potentiellement parce que l’autre personne est en couple mais on ne le sait pas et on commence à fantasmer une relation avec la personne. Ou parce que justement, entre temps la personne n’est plus disponible, donc on a l’impression de se faire damer le pion. Ou personne n’ose jamais faire le premier pas, le temps passe et puis le lien disparaît.

Par conséquent, si je devais résumer les pensées associées à ce cas de relations inachevée ce serait :

“J’apprécie cette personne, je suis persuadée que nous pourrions avoir une très belle histoire d’amour mais il ne s’est rien passée entre nous”.

La relation fantasmée

Là ce qu’il se passe c’est qu’on est dans le fantasme d’une relation.

On n’est pas ancrée dans la réalité.

Le souci que pose cette pensée c’est qu’on a pas de certitudes parce qu’on a pas essayé mais du coup on est toujours accroché à l’idée que cette personne serait bien pour nous. On veut celle-la et pas une autre.

Par conséquent, quel est son impact ?

On est dans une démarche où personne ne peut être à la hauteur du fantasme qu’on a créé.

Même si, parfois rencontrer quelqu’un peut nous aider à tourner la page, la probabilité est quand même qu’on ne va pas vraiment ouvrir la porte aux opportunités de relation au cas où cette fameuse personne soit disponible finalement.

En somme, on se met des bâtons dans les roues concernant notre vie affective.

Définition de la limerence

À ce stade là, c’est un état qui a été théorisé par des psychologues américains et ils appellent cela la limerence.

C’est le sentiment que notre âme soeur est ailleurs alors qu’on est en relation.

Cependant, nous n’avons pas eu l’occasion de tester réellement la compatibilité amoureuse avec l’autre donc cela relève de la projection et de l’idéalisation.

C’est complètement humain et je pense que ça arrive à beaucoup de monde. On peut même être dans cette situation là à plusieurs reprises.

Le fait d’en avoir conscience ne nous aide pas forcément à passer à autre chose mais c’est au moins une première étape.

🔑 Admettre l’idéalisation de l’autre

Ainsi, la première étape est de reconnaître que la relation avec la personne est idéalisée, que c’est une projection et un fantasme.

Tant qu’on l’a pas vraiment vécu la relation est platonique.

C’est une histoire d’hormones, c’est lié à l’état amoureux

Quand on est dans cet état hormonal même si on rentre en relation avec quelqu’un, on a pas envie d’avoir toujours un pied en dehors de la relation

« au cas où iel revient, il faut être disponible. »

De même, nous n’avons pas non plus envie de comparer notre partenaire avec une chimère.

« avec iel ça aurait été différent, ça aurait été mieux. »

On compare avec une presque relation qui n’existe pas.

La presque relation

Ensuite, on a le deuxième cas de figure. Celui-ci est assez similaire sauf que cette fois-ci il y a eu un semblant de relations.

Cela peut-être

  • une aventure d’un ou plusieurs soirs.
  • Un sex friend avec qui on aurait aimé plus.

En soi dans la définition du contrat si on peut dire ça, c’était quand même plus ou moins clair que ça n’allait pas aller plus loin.

Il existe des petites phrases dite à un moment donné comme

  • “je ne veux pas m’engager”
  • “je ne suis pas prêt à me mettre en relation”
  • si l’un de nous deux commence à avoir des sentiments on arrête là”. 

En bref, c’est cette ambiance là qu’on entre dans la relation. On sait plus ou moins déjà que ça n’ira pas plus loin.

Néanmoins, entre temps on s’attache. On apprend à se connaitre. Finalement, on en arrive à se dire :

“mais en fait, on est fait l’un pour l’autre, cela pourrait complètement fonctionner entre nous. Iel me correspond beaucoup.

🔑 Remettre en question sa vision d’une relation amoureuse

Sauf que, à cela justement, j’aimerais ouvrir la vision et les perspectives existantes.

  • Est-ce que vraiment la personne nous correspond si elle n’a pas envie d’entrer dans une relation avec nous ?
  • Est-ce qu’elle nous correspond vraiment si elle ne mets pas d’investissement pour faire grandir et évoluer la relation ?

Et quand je dis, faire grandir et évoluer je ne parle pas de « est-ce qu’iel essaye de me voir ou est-ce qu’iel est attentionnée ou autre ».

Bien entendu que la personne peut avoir de l’affection pour nous. Pourtant, tant qu’on acceptera les conditions que la personne pose, elle reviendra et cela lui conviendra bien parce qu’on l’autorise justement à revenir.

La personne n’a pas d’intérêt à s’éloigner lorsque que les conditions lui conviennent.

C’est-à-dire :

“on est ensemble quand on se voit mais sinon chacun fait sa vie.”

Il n’y a pas de projets et il n’y a pas d’engagement. Malheureusement, certaines de ces personnes resteront avec nous et reviendront même si elles savent que ça nous blesse parce qu’elles ont tout de même plus d’avantages à rester que d’inconvénients. 

🔑 S’extraire de la relation

Dans ce cas de figure, il n’y a pas de solutions miracles.

Il faut sortir de la relation.

Ce qui est compliqué quand on le vit est qu’on a déjà patienté un certain temps alors on est plus vraiment à ça près.

En effet, plus on patiente, plus on va continuer de patienter. Pour la simple et bonne raison qu’on ne veut pas avoir patienté pour rien.

Il y a une forme d’aversion à la perte.

On ne veut pas avoir perdu notre temps et quitte à avoir patienter peut-être que cela va laisser suffisamment de temps à l’autre de changer d’avis ? Spoiler alert : ce n’est pas comme cela que ça se passe. 

La perte d’estime de soi

Le souci quand on reste trop longtemps dans les deux cas de figure précédent c’est qu’à un moment donné on peut commencer à perdre notre estime de nous-même. On commence à se poser plein de questions :

  • Est-ce que j’ai fait quelque chose de mal ? 
  • Est-ce que j’ai un énorme défaut ? 
  • Pourquoi iel ne veut pas être avec moi ? 
  • Est-ce que je devrais faire quelque chose différemment ?
  • Est-ce que c’est pareil pour tout le monde ou c’est juste avec moi qu’iel ne veut pas être ?
  • Pourquoi cela n’a pas fonctionné ?

Ces questions restent en suspens et ne trouvent pas de réponse. Elles viennent ronger petit à petit notre estime de nous-même.

Si bien que, cela devient les montagnes russes émotionnelles entre l’appréciation des moments passés et les remises en question fréquentes où on se sent nul et en échec amoureux.

La rupture incompréhensible

Enfin, le dernier cas de figure.

  • On a été ensemble pendant longtemps, on a commencé à construire une histoire mais un évènement a fait que finalement on s’est séparé.

Je le disais précédemment, culture différente, belle famille qui n’approuve pas, déménagement à l’étranger. Peut-être même une rencontre en voyage, un amour de vacances avec qui on aurait bien continué.

Dans ce cas là, on est déjà un peu plus dans le concret parce qu’on a quand même construit une relation avec un engagement mutuel à un instant t.

Il y a un sentiment d’inachevé dans le cas où on a l’impression que la situation nous échappe parce qu’on aurait bien aimé continuer mais raison x ou y fait que, on met un terme à la relation.

Sur ce cas là, le comportement lié va être de ne pas s’investir complètement dans les relations suivantes.

Être dans la comparaison de la précédente relation. Et on rejoint le premier cas où on est dans l’idéalisation.

C’est à dire qu’on va conserver uniquement la vision idéalisée de la relation.

On va garder le :

ça aurait du marcher, c’était super entre nous »

On va ainsi effacer tout un pan de la réalité qui est que, cette relation avait également des défauts et des inconvénients.

On préfère se rattacher uniquement au positif mais d’un côté ce n’est pas faire “honneur” à la relation puisqu’on évince toute une facette de celle-ci.

La fermeture à l’amour

En résumé, quand on est dans ce schéma si je puis dire de relations inachevées, on va être fermé à l’amour et on peut perdre en confiance et en estime de soi.

Fermé à l’amour signifie qu’on ne s’intéresse pas et on pas envie d’aller vers des relations qui ont réellement du potentiel.

Si on est quand même en relation, on reste un pied en dehors au cas où l’autre revienne.

Dans l’idée toutes nos pensées vont vers cette relation inachevée et donc cela nous empêche de nous épanouir dans notre vie affective.

 

Faire le deuil de sa relation inachevée

1. La prise de conscience

La première étape c’est déjà de prendre conscience de ce qui est en train de se passer.

Oser regarder en face qu’on refuse de laisser aller cette personne. Il est temps de sortir de notre déni.

Cela va nous permettre d’observer nos attentes et remettre à sa juste place la relation.

Si la personne était vraiment faite pour nous, est-ce que ça se serait vraiment terminé ou est-ce que la personne ne s’investirait pas plus ?

Il faut voir à ce moment là quel est notre vision de l’amour et si cela coïncide avec ce qui était en train d’être construit ou d’avoir lieu. Est-ce que : 

  • Ma situation idéal c’est de ne pas être pris.e en considération ?
  • Ma vision d’une relation est d’être avec quelqu’un qui n’est pas prêt.e à s’engager ?
  • C’est vraiment cela je me souhaite ?

2. La descente du piédestal

On veut aussi descendre la personne du piédestal où on l’a placé.

De façon totalement objective, la personne a des défauts. De même, il y a de l’imperfection dans la relation vécut et c’est important de ne pas mettre sous couvercle cette part là.

3. La prise de décision

Il faut prendre la décision de cesser cette relation. Je le mentionnais déjà dans mon précédent article, c’est un peu comme lorsque l’on souhaite arrêter de fumer.

Il ne suffit pas de se dire qu’on aimerait bien arrêter, il faut prendre la décision.

Une fois cette décision prise, on peut passer aux actions.

4. Le passage à l’action

Quelles actions peut-on mettre en place ?

  • Couper les ponts
  • Pleurer
  • Faire du sport
  • Lire
  • Ecrire
  • Ne rien faire
  • Se reposer
  • Dessiner
  • Méditer
  • Travailler

Sortir d’une relation inachevée c’est se remettre dans une énergie créatrice. Cela redonne une forme de pouvoir sur notre vie.

Je dis cela puisque la posture que l’on adopte dans le cas d’une relation inachevée c’est l’attente, c’est la mise à disposition pour l’autre.

Vous n’avez pas à attendre que l’autre veuille bien de vous. Vous méritez tellement plus que cela.

En résumé, on observe, on prend la décision de tourner la page et on met en place des actions qui vont nous permettre d’y parvenir.

Bien entendu c’est souvent plus simple à dire qu’à faire, c’est pour cela que lorqu’on est soutenu dans cette démarche cela peut nous aider à mieux traverser ce cap qui n’est pas toujours facile.

Si le coeur vous en dit, je peux vous accompagner dans cette démarche !